OMPE | Organisation Mondiale pour la Protection de l’Environnement | Email : contact@ompe.org | Tel : +33 (0)4.92.02.33.55

Le blog de l'OMPE

Ensemble sauvons notre planète
27
Déc

Le Japon reprend la chasse à la baleine

Cette fin d’année 2018 est tristement marquée par la reprise de la chasse à la baleine par le Japon. Le 26 décembre, le pays annonçait alors qu’il quittait la Commission baleinière internationale (CBI), organisme chargé de réglementer la chasse à la baleine. Une décision largement critiquée mais qui rappelle à quel point les avancées en matière de protection animale sont fragiles

japon-chasse-a-la-baleine

En 2014, le Japon stoppait la chasse à la baleine…

En 2014, la justice internationale ordonnait au Japon de stopper la chasse à la baleine dans les eaux antarctiques. Depuis 1987, les baleiniers japonais parcouraient les mers australes, ramenant majoritairement des baleines de Minke, des rorquals communs et des baleines à bosse. Si le Japon était autorisé à chasser la baleine, c’est parce le pays avait signé un moratoire adopté par la Commission baleinière internationale en 1982. Le Japon conservait alors son droit de pêche mais seulement à des fins scientifiques, la chasse à la baleine pour des raisons commerciales étant strictement bannie. Cependant, depuis plus années, de nombreux pays comme l’Australie et des associations de protection des animaux s’insurgeaient contre l’ambiguïté entretenue par le Japon.

Sous couvert de « recherches scientifiques » et dans le cadre du programme de recherche japonais sur les baleines, le Japon déployait plusieurs baleiniers pour tuer environ 1000 baleines par an. Finalement, en réponse aux demandes de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande qui s’opposaient à ce « programme de recherche », la Cour internationale de justice (CIJ) ordonnait l’arrêt de la chasse à la baleine dans l’océan Antarctique par les Japonais. Pour elle, « des considérations financières, plutôt que des critères purement scientifiques, sont intervenues dans la conception du programme. » D’autant plus qu’une fois « étudiée », la viande des baleines étaient revendue environ 130€ le kilo sur les marchés nationaux japonais.

Exif_JPEG_PICTURE

Le Japon persiste à vouloir chasser la baleine

Mais, comme il l’avait déjà sous-entendu en 2014 puis en septembre 2018, le Japon a récemment décidé de quitter la Commission baleinière internationale et de se détacher des règles imposées par le moratoire. Une décision prévisible puisque les baleiniers Japonais avaient déjà augmenté leurs prises en abattant pas moins de 333 baleines de Minke (dont 122 gestantes) en 4 mois seulement. En septembre, la CBI refusait sa demande de reprise légale de la chasse à la baleine (41 voix contre 27). Aujourd’hui, le Japon redevient donc libre de pêcher les baleines pour des raisons économiques, comme d’autres pays l’ont fait avant lui. En 2006, par exemple, l’Islande s’était déjà opposée au moratoire pour pouvoir reprendre la chasse commerciale. La Norvège, quant à elle, a respecté les règles jusqu’en 1993 seulement.

Aujourd’hui, finies les recherches scientifiques pour le Japon : il déclare désormais ouvertement vouloir chasser la baleine à des fins commerciales ! Pour lui, la population de baleines est assez importante pour supporter une reprise de la chasse commerciale, qu’il compte commencer dès juillet prochain. Pour certaines ONGs, comme Sea Shepherd, cette décision est un mal pour un bien puisqu’elle signe la fin des « campagnes scientifiques » japonaises de chasse à la baleine dans le sanctuaire antarctique et contraint les baleiniers à se limiter aux eaux territoriales du Japon… Pour Paul Watson, fondateur de la Sea Shepherd et défenseur des océans, « Sans le prétexte scientifique, il sera désormais bien plus facile de s’opposer aux Japonais ».

chasse-a-la-baleine

Leave a Reply

Vous faites un don à : Organisation Mondiale pour la Protection de l’Environnement

Combien voudriez-vous donner?
10€ 20€ 30€
Aimeriez-vous faire des dons réguliers ? Je voudrais faire un don : .
Combien de fois voulez-vous que cela se reproduise? (Y compris ce paiement) *
Prénom *
Nom *
Email *
Téléphone
Adresse
Note complémentaire
Loading...