OMPE | Organisation Mondiale pour la Protection de l’Environnement | Email : contact@ompe.org | Tel : +33 (0)4.92.02.33.55

Le blog de l'OMPE

Ensemble sauvons notre planète
01
Sep

Permis des chasseurs : la goutte d’eau qui fait déborder le vase

Après plusieurs mois d’attente et 2 réunions sur la chasse en à peine 6 mois, le président Emmanuel Macron a confirmé la baisse du prix du permis de chasse national, passant de 400€ à 200€ par an. Une division par 2 et un cadeau fait aux chasseurs qui passe mal, très mal… A tel point qu’il a fini d’encourager la décision du ministre de la Transition écologique et solidaire, M. Nicolas Hulot, de démissionner du gouvernement. Cet élément, qui a achevé de le convaincre et qui font monter les associations de l’environnement au créneau, est sans contexte la goutte d’eau qui fait déborder le vase !

chasse-ompe

Un permis de chasse national divisé par 2 : c’est cadeau !

Alors qu’ils demandaient depuis plusieurs mois la baisse du permis de chasse national, les chasseurs ont finalement obtenu gain de cause à l’occasion de la réunion du 27 août 2018 avec Emmanuel Macron. En mai 2017, la nomination de Nicolas Hulot à la tête du ministère de l’écologie avant fait bondir plus d’un représentant des chasseurs, voyant cette décision du président comme « une véritable provocation pour les chasseurs et les ruraux ». Mais les chasseurs n’auront finalement pas eu à trembler longtemps puisque, un an plus tard, Nicolas Hulot vient d’annoncer sa démission du gouvernement.

Dès son élection, Emmanuel Macron avait affirmé sa volonté de préserver la chasse qu’il considère comme “un formidable atout au service de nos territoires ruraux et de la biodiversité”. Pour cela, il s’est entouré de Thierry Coste, conseiller politique de la FNC (Fédération Nationale des Chasseurs). Et cet « ange gardien des chasseurs », qui a notamment convaincu Emmanuel Macron de rouvrir les chasses présidentielles, a là encore joué son rôle de lobbyiste de la chasse en obtenant la baisse du permis de chasse national.

chasseurs-ompe

Pourquoi doit-on s’inquiéter de cette décision ?

L’OMPE, comme de nombreuses autres associations et ONG environnementales, s’insurge contre cette décision. Face à la colère, la Fédération Nationale des chasseurs se cache et se justifie en rappelant que cette décision « ne concerne effectivement que 10 % des 1,2 million de chasseurs français ». Mais plus que cela, c’est la nouvelle « gestion adaptative » mise en place qui est inquiétante. Selon Emmanuel Macron, elle a pour objectif « d’adapter les pratiques de chasses en fonction de l’état réel de conservation des espèces ». Ainsi, les chasseurs auront tout le loisir de tirer sur des espèces « en trop grand nombre ». Amis promeneurs, naturalistes et amoureux de la nature et des animaux : cachez-vous !

Une nouvelle gestion d’autant plus inacceptable qu’elle s’accompagne d’un allongement de la liste des espèces chassables : + 6 nouvelles espèces d’oiseaux. Rappelons tout de même que 20 des 64 espèces d’oiseaux chassées en France figurent dans la liste rouge de l’Union internationale de conservation de la nature (UICN). En attendant, le président Emmanuel Macron prévoit déjà la première chasse présidentielle franco-italienne en 2019, en l’honneur des 500 ans de la mort de Léonard de Vinci… végétarien dans l’âme, protecteur de la nature et des animaux !

Le rusé chevreuil a fait renoncer l'équipage après deux bonnes heures de chasse

Leave a Reply

Vous faites un don à : Organisation Mondiale pour la Protection de l’Environnement

Combien voudriez-vous donner?
10€ 20€ 30€
Aimeriez-vous faire des dons réguliers ? Je voudrais faire un don : .
Combien de fois voulez-vous que cela se reproduise? (Y compris ce paiement) *
Prénom *
Nom *
Email *
Téléphone
Adresse
Note complémentaire
Loading...